Accompagnement en mobilisation citoyenne

La vitalité de la démocratie et l’adhésion à de nouveaux projets à portée communautaire, reposent sur plusieurs dimensions :

- les compétences des citoyen(ne)s à exercer leurs droits et leurs responsabilités politiques;
- la mise à disposition dans l’espace public de lieux leur permettant d’exercer ces droits;
- la capacité des professionnels des institutions à accompagner convenablement des démarches de mobilisations citoyennes favorisant cette prise en charge collective du devenir.

Avec son approche créative et hautement participative, l’équipe Mise au jeu accompagne depuis quinze ans des leaders dans l’accomplissement de cette mission de mobilisation citoyenne pour favoriser le mieux-être ensemble.

Cet accompagnement peut se traduire par :

1. De l’appui conseil pour concevoir une opération de recherche-action, sensibilisation, conscientisation et mobilisation citoyenne autour de solutions novatrices à des problèmes sociaux identifiés.

2. De la formation et de l’accompagnement pour les professionnels, militants ou citoyens bénévoles qui souhaitent s’investir dans la mise en œuvre d’une opération de mobilisation citoyenne.

3. Le montage et la coordination d’une équipe d’intervention pour…

• réaliser une recherche-action 
• récolter et analyser des données 
• valider des résultats de recherche
• identifier des pistes de solutions qui font consensus
• proposer des mesures règlementaires, des idées d’aménagement, des considérations éthiques ou législatives pour améliorer le milieu de vie.



Des étapes à franchir :

PAROLES : favoriser la prise de parole et la discussion
L’intérêt de la prise de parole est au cœur du travail de Mise au jeu (MAJ). Notre équipe met en place des espaces susceptibles de libérer la parole des participants et ce, à travers des exercices, des jeux d’expression et par le théâtre. À MAJ, la «parole» est globale. Elle dépend des mots, du langage corporel et de ce qui se dégage des dynamiques de jeu et d’échange entre les personnes. Nous créons un environnement ouvert et convivial dans lequel chacun a le droit de s’exprimer et de dialoguer : tous les participants sont encouragés à prendre la parole, quel que soit leur âge, leur culture, leur statut social, leur niveau scolaire, leur emploi, etc.

RECONNAISSANCE des multiples réalités d’un milieu, des connaissances et compétences de l’ensemble des acteurs sociaux
À travers le partage de cette parole récoltée et partagée, chaque participant «  prend le risque » d’écouter la parole de l’autre, ce qui l’amènera éventuellement par la suite à modifier de façon plus ou moins marquée sa parole initiale. Par cette délibération dynamique, nous cherchons à mieux définir des rapports de pouvoir entre les différents acteurs sociaux.

PARTICIPATION aux décisions
En permettant au public de participer collectivement au processus de prise de décisions, on redéfinit en quelque sorte le pouvoir. Une démarche de mobilisation fonctionnera si  les personnes mobilisées ont le sentiment d’avoir de l’influence sur les décisions prises et sur les enjeux qui les concernent. Il appartient aux professionnels des institutions et à Mise au jeu qui les accompagne, d’adapter les processus et les systèmes pour que cela soit possible.

ACTIONS transformatrices
Parmi les indicateurs d’impacts d’une mobilisation citoyenne réussie se trouvent les actions transformatrices menées par les décideurs, les professionnels institutionnels et les citoyens participants ou par une collaboration de ces trois acteurs. Ces actions peuvent se traduire par la mise en place de nouveaux aménagements, de programmes, de formations, d’organisations ou encore de nouvelles règlementations ou de lois. Des actions symboliques peuvent aussi être menées par les citoyen(ne)s comme une affirmation publique de leur volonté de changement.



Quelques réalisations :

Territoires

Interventions

Résultats

Impacts

Un quartier

(Montréal-Nord Est)

Un itinéraire pour tous !

Consultation/mobilisation pour un diagnostic socio-culturel du quartier et pour un aménagement participatif d’un nouvel équipement.

Présence sur le terrain : 4 mois en 2003 et 2 mois en 2008, une soixantaine d’activités.

 

600 citoyens consultés et mobilisés, documentation rigoureuse, des habitants et travailleurs du quartier co-engagés dans l’animation de la démarche.

 

Construction et gestion d’une maison culturelle et communautaire à l’image des attentes exprimées par les citoyens, naissance de nouveaux regroupements.

Un arrondissement 

Ahuntsic/Montréal-Nord

Recherche-action et mobilisation sur le sort des aînés du territoire.

 

Un portrait dynamique des aînés documenté (275 aînés), des résultats et propositions d’actions validées par 133 personnes.

Changement de perception des aînés du territoire tant auprès des professionnels que des habitants, mise en place d’un comité mixte pour assurer les suivis.

Une ville

(Mulhouse en Alsace)

Formation et accompagnement de professionnels et habitants à la participation

 

80 agents de développements formés, une douzaine de recommandations pour améliorer la participation et la transversalité.

Mise en place d’une communauté de pratique de professionnels et d’un projet de théâtre législatif incluant élus, gestionnaires et habitants.

 

Une région

(Haute-Comoé au Burkina Faso)

Repérage, sélection et formation d’artistes multiplicateurs, appui conseil pour l’élaboration d’un programme d’art social sur 5 ans autour de la prise en charge de l’eau et de l’assainissement.

 

103 775 personnes sensibilisées et mobilisées par deux spectacles multidisciplinaires et participatifs, 45 artistes formés, production de 5 outils méthodologiques, etc.

 

Mise en place de comités de gestionnaires et d’élus, reboisement de rives, formation de comités populaires de gestions de forages.

Une institution d’enseignement

(Cégep de Victoriaville)

 

Coordination de la formation d’une quarantaine d’étudiantEs en Éducation spécialisée, sur l’approche communautaire préventive de la violence.

 

 

4 journées de formation (avec Outils de paix) et suivi-accompagnement durant leurs stages dans la communauté

 

Adoption de nouvelles pratiques artistiques participatives dans une douzaine de projets rejoignant 152 personnes dans la communauté.